force du collectif
Actualités | Nationales

Témoignage de nos entrepreneuses: Marie Eloy, la force du collectif permettra de sortir de cette crise

le 13/08/2020 par Bérengère
Depuis le mois de juin, nous avons demandé à nos anciennes interviewées comment elles ont géré la crise, le pendant puis l'après. Cette semaine, c'est Marie Eloy, fondatrice du réseau Bouge ta Boite, qui nous raconte...

À quel(s) enjeu(x) avez-vous dû faire face dans un premier temps, à l’annonce du confinement total ?

Nous avons été fortement impactées car du jour au lendemain toutes les réunions physiques se sont arrêtées. Pour Bouge ta Boite, nous en réalisons 200 minimum par mois par exemple.

Il y avait deux enjeux majeurs :

  1. Sécuriser les structures à la fois humainement et financièrement. S’assurer que pour Bouge ta Boite, Femmes des Territoires et Femmes de Bretagne tous les salariés soient soutenus et que le télétravail soit adapté à leurs réalités de vie. Deux collaboratrices ont été fortement malades et nombreuses étaient confinées avec des jeunes enfants. Il s’agissait également de réaliser très rapidement des prévisionnels de crise pour mesurer l’impact et sécuriser financièrement l’avenir des entités. Cela s’est déroulé très rapidement grâce à toutes les équipes très engagées. Nous avons pu alors nous concentrer sur les dirigeantes d’entreprise.
  2. Accompagner et soutenir du mieux possible les entrepreneures membres des réseaux dans cette période de crise inédite. Chez Bouge ta Boite, Julie Bodin, la directrice et l’équipe ont en trois jours, digitalisé toutes les rencontres et nous avons mis en place immédiatement une hotline, des rendez-vous expertes avec des experts comptables et des avocats. Au total 500 réunions de travail et webinaires ont été organisés chaque mois sur la période.

Chez Femmes des Territoires et Femmes de Bretagne des ateliers digitaux ont été mis en place pour accompagner les porteuses de projet et dirigeantes. Il y en a eu deux par jour par exemple sur Femmes des Territoires.

Comment vous êtes-vous organisée/comment vous êtes-vous réinventée depuis, pour continuer à faire tourner votre entreprise ?

La période de confinement a été pour moi une période de travail intense, 12h par jour pour être au plus près des Bougeuses, des membres et de leurs préoccupations. Nous avons été très présents grâce au digital et j’ai eu de nombreuses dirigeantes en ligne. Nous nous sommes faits également les porte-voix des TPE en réalisant une étude sur l’impact de la crise sur les dirigeantes d’entreprise et également sur les préconisations pour les soutenir au maximum. J’ai eu l’impression de vivre un retour en arrière car je ne pensais pas devoir parler de la nécessité de solutions de garde d’enfants pour les entrepreneur.e.s. Mais personne n’en parlait. Il fallait parler clairement de la réalité pour que les entrepreneur.e.s puissent reprendre leur activité.

 

force du collectif

 

Décrivez en quelques mots la réalité de votre quotidien de cheffe d’entreprise en ce moment :

Je suis encore beaucoup en télétravail même si certains rendez-vous reprennent en physique. Avec quatre enfants à la maison qui sont bien autonomes et la chance d’avoir un mari pour qui le partage équitable des tâches n’est pas qu’une notion !

Qu’est-ce que cette crise vous aura enseigné pour le futur ?

C’est dans les crises que se révèlent les équipes et les gens. Je suis immensément fière des équipes et immensément fière des dirigeantes d’entreprise. Je les ai vues se retrousser les manches et se réinventer ensemble. Je suis plus que jamais convaincue que c’est la force du collectif qui nous permettra de sortir de cette crise par le haut.

 

Par Bérengère Soyer

Crédit photos Entrepreneuze

 

Découvrez ou re-découvrez le portrait de Marie Eloy

0 commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.