Actualités

La crise sanitaire et économique, un espoir pour les chefs d’entreprise, les nouveaux entrepreneurs et les bâtisseurs ?

Il faudrait vivre en ermite pour ne pas avoir entendu parler du la crise Covid qui frappe notre monde moderne depuis pratiquement un an. La crise sanitaire est catastrophique en France, en Europe et dans le monde. La crise économique qui en découle serait même pire que la crise des subprimes de 2008 selon les économistes. (Source Forbes mai 2020). Le PIB français 2020 subirait une “dégringolade” de 6%, selon une première estimation, là où la crise de 2008 avait entraîné une chute de “seulement” 0,2%. (Source INSEE 2020).

À l’heure où les hôpitaux français et les lits de réanimation sont au bord de l’implosion, avec plus de 60 000 nouveaux cas en 24 heures (au 09/11/2020), le confinement acte II semble sonner la fin des très petites, petites et moyennes entreprises.

Et pourtant, les créations d’entreprise n’ont jamais été aussi nombreuses d’après les acteurs de la finance ; les banques et les acteurs du monde juridique ; avocats spécialistes ou experts-comptables. Là où, la création d’entreprise était en hausse avant le premier confinement, celle-ci n’a pas véritablement failli à cause de la crise. Au contraire, les projets qui avaient déjà été longuement travaillés et construits par les porteurs, avant confinement, ont été présentés et financés par les banques. Bien que ralentis au plus fort de la crise, les prêts ont, malgré tout, été octroyés. (Source Chef d’Entreprise juillet 2020). Les financeurs, alors fortement mobilisés en avril/mai, ont beaucoup contribué au soutien des entrepreneurs et des entreprises.

S’adapter

Et pourtant, dans ce contexte si pessimiste et sombre, certaines personnes continuent d’investir en l’avenir ?

N’a t-on pas souvent entendu dire : “il faudrait une bonne guerre pour faire repartir l’économie !”. L’Histoire le montre. Chaque crise depuis les 30 glorieuses, du premier choc pétrolier à la crise de 2008, a évolué de la même manière. Plusieurs milliards sont débloqués en masse par les états et les banques centrales afin de permettre la reconstruction rapide des économies. (Source Capital juillet 2008). Les paradigmes changent et c’est l’occasion pour les cultures d’évoluer vers de nouvelle façon de vivre. C’est le propre de l’adaptation. Un concept intrinsèque à chaque être vivant et aux entrepreneurs.

Depuis le 17 mars dernier, le gouvernement français oeuvre beaucoup pour permettre cette reconstruction malgré l'abîme sanitaire que nous vivons. Éthiquement parlant, ce dernier ne peut laisser mourir des milliers de personnes et sacrifier sur l’autel de l’individualisme et de l’indépendance, la santé humaine. Et pourtant, ce sont bien ces indépendants qui endureront cet arrêt immédiat de l’économie dans les mois et (surtout) les années à venir. Les indépendants qui, malgré cette crise sans précédent, sont toujours plus nombreux. (2,8 millions en 2019, Source La Mutuelle Générale avril 2020).

crise sanitaire et économique

Se réinventer

Délais de paiements d'échéances, remises d’impôts directs, reports du paiement des loyers et factures, fond de solidarité, prêts garantis par l’Etat, rééchelonnements des crédits bancaires, dispositif de chômage partiel, plan de soutien aux entreprises françaises exportatrices… Jamais des dispositifs aussi importants n’auront été mis en place pour soutenir et accompagner les entreprises.

“Je n’ai jamais autant accepté de demandes de crédit professionnel que depuis le mois de septembre” nous confiait un banquier ligérien il y a peu.

“J’accompagne énormément d’entreprises qui cherchent à se restructurer et à se recentrer sur l’essentiel” nous racontait une avocate angevine experte en droit des affaires.

“J’aide beaucoup de clients à investir des marchés qui n’existaient pas ou très peu il y a encore quelques temps” témoignait une autre avocate spécialiste du droit des sociétés.

Les faits sont là. Certe la morale nous rappelle que la période que nous vivons est grave, sinistre et funèbre. Mais l’instinct de survie et la résilience qui ont fait de nous des animaux capables d’évoluer, nous permettront de nous réinventer. De fait, cette réinvention va passer par de l’innovation, mais pas n’importe laquelle. L’innovation de services, l’innovation managériale, l’innovation sociale et sociétale, l’innovation climatique… Si ces idéaux étaient déjà plus ou moins en marche avant la crise du Covid, ils doivent désormais être la norme.

Tous les chefs d’entreprise et entrepreneurs sont d’accord ; cette crise a accéléré les changements qui étaient déjà plus ou moins enclenchés dans les organisations, mais qui peinaient à se concrétiser. Pour exemple, le fameux télétravail. Depuis huit mois où chacun a dû se réinventer dans l’urgence afin de tenir le coup et (surtout) faire tenir la trésorerie, il est fondamental de faire perdurer ce courage et cette volonté. Contre toute attente, l’entrepreneuriat est la solution à la morosité ambiante !

Par Bérengère Soyer
Crédits photos Pixabay

Ajouter un Commentaire


ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

Restez à l’affût des nouvelles d’Entrepreneuze,
découvrez les portraits et actualités !