personal branding
Entreprendre | Stratégies

Soigner son image sur le web et les réseaux sociaux: petite initiation au personal branding

le 26/11/2018 par Bérengère
Se différencier, promouvoir sa marque, sa personne, son produit... Quelles sont les clés du "personal branding" ?

Quand on se lance en tant qu’entrepreneuse dans le numérique, qu’il s’agisse d’un projet d’application révolutionnaire, de vendre vos créations en ligne, d’un blog « lifestyle » ou encore de vous lancer dans un métier d’indépendante, une présence en ligne, c’est le nerf de la guerre. Et dans notre société du « paraître », où l’image l’emporte souvent sur tout le reste, il faut réussir à se distinguer des autres et se rendre visible auprès de ses interlocuteurs comme de ses futurs clients. Communiquer, parler de soi, se mettre en avant, convaincre de sa valeur, de la valeur de ce que l’on fait, nourrir des relations durables avec son réseau et savoir toucher sa cible n’est pas forcément inné… Alors comment faire pour se différencier, pour promouvoir sa marque, voire sa personne, efficacement ? Petit mode d’emploi pour optimiser votre « personal branding ».

Le “branding”, dans le petit lexique du chef de produit, c’est la gestion de marque. Avec un double volet : identité (à définir et construire) et image (à faire connaître et rayonner). En tant personal brandingqu’entrepreneuse du numérique, au démarrage du projet, notre identité et notre projet se confondent souvent. L’idée même de marque n’est pas forcément encore aboutie. Et pourtant, la présence en ligne est essentielle dès le démarrage, même quand le projet d’entreprise en est à ses balbutiements. On va alors focaliser son marketing sur sa personne, tout en sachant que celui-ci nourrira à terme la future marque à naître. Par ailleurs, dans un contexte de « free-lancing » ou activité indépendante, c’est bien soi qu’il faut mettre en avant. Un exercice qui commence par une bonne connaissance de soi et de son projet…

« Connais-toi toi-même » – Socrate

La fameuse maxime de Socrate n’a de secret pour personne et pourtant, elle reste clé dans le marketing de soi (autrement nommé personal branding) et de sa future marque. Commencez par vous interroger sur votre projet, votre mission, votre cause ou les croyances qui font que vous vous levez le matin et portez cette entreprise. C’est ce qui vous anime, vous pousse à faire ce que vous faites. C’est aussi ce qui vous rend unique, c’est votre vision. Ce que les spécialistes du marketing appellent le « why » ou pourquoi. N’hésitez pas à compléter cette vision par la perception que votre entourage a de vous et de votre projet. Posez la question à cinq personnes autour de vous : comment vous voient-ils ? Quelles sont vos forces ? et vos axes d’améliorations ? En matière de communication mais aussi par rapport à la finalité même de votre projet. Ce sera un exercice riche sur le plan personnel, d’autant plus que vous aurez choisi des personnes bienveillantes et constructives qui vous connaissent bien.

Quand on dit personal branding ou présence en ligne, le premier mot qui vient à l’esprit aujourd’hui, c’est profil LinkedIn. C’est effectivement le minimum, même si ce n’est pas tout. Attendez-vous, bien sûr, à être « googlisée »… et faites vous-même cet exercice tout simple : rentrez votre prénom et votre nom sur Google et regardez le résultat ! Êtes-vous déjà présente en ligne, malgré vous et par le biais de vos premières initiatives ? Qu’est-ce qui ressort ? Que faut-il éventuellement corriger qui ne vous correspondrait pas ? Lorsqu’on a une faible présence en ligne, les résultats présentés en première page peuvent être des choses assez anciennes qui ne sont plus d’actualité : vous avez participé à une course à pied il y a cinq ans et votre nom est listé parmi les participants, votre école a publié la liste des diplômés il y a maintenant plus de quinze ans (c’était bien à l’époque, mais aujourd’hui il y a prescription !), un copain dont le profil Facebook est public vous a tagguée dans une photo (attention aux dégâts collatéraux…).

personal branding

Bref, un petit tour de piste qui n’est peut-être pas inutile… Enfin, se connaître, c’est aussi connaître son réseau ! Quelles sont les personnes autour de vous, amis, anciens collègues, parents d’élèves à la sortie de l’école, anciens camarades de promo, qui peuvent booster votre projet et relayer votre présence en ligne ? Sur les réseaux sociaux (LinkedIn, Facebook), vos contacts peuvent vous recommander et « les amis de vos amis » voient les publications qu’ils ont éventuellement likées, commentées voire partagées : selon la nature de votre projet, la viralité propre à ces médias peut être un sérieux atout pour atteindre un cercle de 2e niveau. En faire la cartographie au début de son projet n’est donc pas une étape à négliger.

Offrir du bon miel à la bonne mouche au bon moment et au bon endroit” – Salvador Dali

Cette petite phrase du peintre Dali pourrait résumer un bon cours de marketing. Et ce qui est vrai pour votre produit l’est aussi pour vous. Alors, comment faire un bon marketing de soi ?

Première étape, prendre en compte votre environnement : identifier les influenceurs dans votre domaine d’activité, les concurrents, les partenaires potentiels. Observer leurs modes de communication : à qui ils parlent, de quoi, avec quel style, sur quels canaux (ont-ils un site internet ? un blog ? un compte ou une page entreprise sur LinkedIn, un compte Twitter, Instagram, publient-ils des vidéos sur YouTube, utilisent-ils Snapchat, envoient-ils des newsletters…) ? Une bonne connaissance de votre écosystème vous sera utile pour vous y insérer de façon pertinente mais aussi pour savoir comment vous différencier : si un compte LinkedIn paraît basique pour n’importe quelle entrepreneuse, certaines n’auront pas besoin personal brandingd’aller sur Instagram ou même de créer une newsletter…

Par ailleurs, rester en veille sur ce que publient les influenceurs de votre domaine et vos concurrents sera particulièrement stratégique pour votre projet. Ensuite, offrir du bon miel à la bonne mouche au bon moment, ne s’improvise pas. Structurer sa présence en ligne et sa communication suppose de se poser des questions très concrètes : à qui vous adressez-vous ou qui voulez-vous toucher ? Pourquoi ? Quel pourrait être le meilleur message ? Par quel canal et à quel moment le plus propice, qui correspond aux usages de votre cible ? Les outils du communicant (plan de communication, ligne éditoriale, planning éditorial) sont vos meilleurs alliés. Mais un conseil, pour le démarrage, faites simple. Ne cherchez pas à vouloir tout de suite être présente sur tous les canaux en même temps, à communiquer fort, cela aurait pour effet de vous éparpiller et de vous faire perdre une énergie précieuse (surtout en début de projet). Au contraire, commencez par de petits pas, pour voir ce que ça fait, pour ajuster vos communications au fil de l’eau et augmentez ensuite la cadence quand vous sentez que « ça mord ! » En effet, pas de communication et de présence en ligne sans mesure ! Regardez régulièrement les statistiques de vos comptes et de votre site internet (a fortiori s’il s’agit d’une boutique en ligne). Choisissez quelques indicateurs clés : taux d’engagement, nombre de visites, taux de conversion (pour les achats en ligne), et observez leur évolution dans le temps en fonction des actions de communication que vous avez menées : vous avez écrit un billet de blog et l’avez relayé via Twitter, quel effet cela a-t-il ? Et n’oubliez pas, dans cette logique de petits pas, plus vous réitérez rapidement, plus vous facilitez la découverte de ce qui marche pour vous, pour votre marketing personnel et votre projet.

Enfin, qui dit présence en ligne, dit également référencement. Aujourd’hui, nul n’est visible qui ne sache parler aux moteurs de recherche et Google en tête ! Avant de vous lancer dans une campagne payante d’achats de mots-clés, pensez d’abord référencement naturel : avec un site bien structuré (plan de site, url des pages, méta-description, mots clés…) et une publication de contenus régulière, vous ne passerez plus entre les mailles des robots de Google. Pensez ensuite aux « back-links », ces liens retour d’autres sites (amis, partenaires…) qui pointent vers votre site et le rendent encore plus pertinent aux yeux des moteurs de recherche. Et si tout ce que je viens d’énoncer ressemble à du chinois, n’hésitez pas à consulter les nombreuses ressources en ligne pour vous familiariser avec les bases du référencement (voir bas de page), avant éventuellement de vous appuyer sur les services d’une experte/expert du sujet.

« Soyez vous-même, les autres sont déjà pris » Oscar Wilde

Cette très belle phrase d’Oscar Wilde a été rappelée récemment, au salon SME (ex Salon des Micro-Entreprises) à Paris, par un influenceur qui partageait, lors d’une table ronde, les secrets du personal branding sur le web. La « personnalité » étant la clef du succès de votre présence en ligne, il vous faut à la fois vous différencier mais également jouer la carte de l’authenticité : quel que soit votre projet, c’est vous qui l’incarnez, votre point de vue, votre histoire seront d’autant plus percutants que vous les raconterez avec sincérité. C’est ce qui nourrira votre marque : révéler votre véritable personnalité en affirmant vos talents, vos points forts et votre valeur ajoutée (vous vous souvenez le petit exercice du début de ce billet 😉) : votre projet d’entreprise s’appuie sur votre expérience, vos convictions, votre expertise, alors brandissez-les en étendard ! Et cette authenticité est d’autant plus importante qu’elle renvoie un sentiment de consistance, de cohérence, d’alignement entre vous et votre projet : personne n’a envie de suivre quelqu’un qui cherche uniquement à se faire « mousser », alors soyez généreuse avec vos lecteurs, donnez-leur du contenu, partagez votre expertise, invitez-les à réagir et à engager la conversation avec vous…

Enfin, le marketing de soi, comme le marketing de votre projet, passe aussi par l’image. Incarnez votre projet, votre marque (surtout si vous êtes votre propre marque pour les free-lance) en vous mettant en scène de temps en temps. Photo, vidéo, podcast… Sans multiplier les selfies comme les instagrammeuses célèbres, il s’agit davantage de mettre un visage sur le projet. Les gens qui vous liront, vous suivront et/ou achèteront vos produits seront d’autant plus sensibles à votre style de communication qu’ils auront vu votre sourire, ce qui leur donnera l’impression de vous connaître et vous permettra de créer un lien direct avec eux… Alors, prête à vous lancer ?

Et n’oubliez pas : « Si vous pouvez le rêver, vous pouvez le faire. » (Walt Disney)

 

Par Gaëlle Roudaut

Crédit photos Pixabay

 

Pour compléter, quelques ressources utiles:

www.definitions-marketing.com/definition/personal-branding/

www.personal-branding.fr/quest-ce-que-le-personal-branding/

www.eveprogramme.com/13963/la-boite-a-outils-du-personal-branding/

www.conseilsmarketing.com/mailings/les-5-etapes-pour-debuter-son-personal-branding

A lire également l’ouvrage de Pascale Baumeister « Révéler sa propre personnalité grâce au Personal Branding »

www.blogbyyourself.com

Les tutoriels en ligne de Google (Google Digital Active) ou encore de Facebook (Blueprint) pour gérer facilement ses campagnes web (référencement, achats de mots-clés, publication sponsorisée…)

 

Vous pourriez aussi aimer cet article Les trois piliers de votre entreprise

0 commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.