Diariata N’Diaye
Portraits

Rencontre avec Diariata N’Diaye, fondatrice de Resonantes et créatrice de l’application App-Elles

le 15/04/2019 par Bérengère
Diariata, dite Diata, a récemment participé au CES de Las Vegas où son application et son bracelet connecté App-Elles - destinés à aider les femmes battues - ont remporté l’Award de l’innovation dans la catégorie « Tech For a Better World ». Qui est cette « artiviste » qui met en lumière les violences faites aux femmes et aux jeunes en proposant des outils nouveaux et intelligents pour lutter contre ce fléau ? Quand le solidaire et la technologie s'allient pour contribuer à un monde meilleur.

Comment vous décrivez-vous ?

J’aime me décrire comme une « artiviste », un beau mélange entre l’artiste que je suis et l’activiste que je suis devenue. Au départ, je suis une artiste qui utilise le slam pour sensibiliser les jeunes aux violences.

Il y a 10 ans, j’ai créé un spectacle que je voulais être un support original pour aborder la question de la violence différemment. Je me suis vite rendu compte qu’il y avait autant de jeunes victimes de violence que d’adultes. Je me suis retrouvée face à de nombreux témoignages. M’adresser aux jeunes adultes de 15 à 24 ans était important pour moi. Ils sont très rarement le cœur de cible des campagnes alors que 80 % des victimes ont moins de 18 ans.

Diariata N’Diaye

Qui est né en premier, Resonantes ou App-Elles ?

Tout est né en même temps. En 2015, j’ai créé Resonantes, basée à Nantes. Le premier objectif, c’était de créer des outils adaptés à ce jeune public sans ajouter « du glauque au glauque ». Le deuxième, c’était d’être un vrai lien entre les victimes et les structures/dispositifs déjà existants.

Vous parlez des « jeunes », s’agit-il plutôt des jeunes filles ou des jeunes garçons ?

On touche les deux publics. Dans l’enfance, on trouve des violences sexuelles ET physiques sur les petites filles et les petits garçons. Puis, au moment de l’adolescence, la plupart du temps, ce sont plutôt les violences sexuelles faites aux filles. Dans les deux cas, les anciennes victimes deviennent violentes à leur tour ou bien restent victimes et s’enferment dans un cercle nocif dont elles ne prennent parfois même pas conscience. Il arrive par exemple que certaines victimes ayant subi des violences pendant l’enfance se scarifient à l’âge adulte et ne fassent jamais le rapprochement entre le traumatisme et ces conséquences.

Aviez-vous des prédispositions à devenir entrepreneuse ?

Ça ne me déplaît pas d’être qualifiée d’entrepreneuse et d’investir dans des outils technologiques pour répondre à un fléau grandissant. Mais si ça ne tenait qu’à moi, je serais restée artiste à animer mes spectacles et mes ateliers. Être cette personne-là m’oblige à répondre à certaines problématiques et surtout, à tenir les engagements que j’ai envers toutes ces victimes. Ça a été difficile pour moi d’accepter ce rôle d’influenceuse, d’accepter d’être la représentante de toutes ces femmes, ces jeunes, d’être légitime !

Diariata N’DiayeDepuis combien d’années vous battez-vous pour faire changer les choses ?

Ça fait 10 ans que je travaille sur ce sujet. Et finalement, je n’avais jamais vraiment fait l’état des lieux de ce qui existait en France. Ça fait longtemps que c’est un vrai sujet mais en 2015, lorsque je suis allée tirer la sonnette d’alarme, tout mon travail d’écoute des témoignages, qui n’était pas officiellement enregistré, consigné, répertorié, ne suffisait pas à convaincre. Seules deux enquêtes officielles (2002 et 2016) existent en France. Il n’y avait alors aucun chiffre. Et encore moins concernant ce public des 15-24 ans.

Aujourd’hui, et plus encore depuis quelques mois, la question des violences faites aux femmes dégoûte tout le monde. Cependant, aucun budget n’est alloué à cette cause (0.006% du budget de l’Etat en 2018). Le grand public a commencé à être plus ou moins sensibilisé depuis #Metoo et l’affaire Weinstein.

Comment une femme crée-t-elle une application aujourd’hui, dans le monde particulièrement masculin de la tech ?

C’est une question que je ne me suis même pas posée. La première version de l’application, je l’ai financée grâce à mon argent personnel. Je savais que ça allait être galère ! Pour la seconde version, j’ai pensé naïvement que mon produit allait être reçu sans aucun problème. Pour moi, cette urgence et cette obligation de trouver des solutions, tout le monde y pensait déjà. Jusqu’à ce que je réalise qu’il n’y avait pas d’argent pour cette cause.

Diariata N’Diaye

Nous avons donc remué ciel et terre pour trouver des partenariats, des subventions privées, quelques financements publics via des prestations que notre association propose. Pour la conception des 10 000 premiers bracelets, nous avons levé 76 000 euros sur HelloAsso auprès des privés.

Quel est le modèle économique de ce projet à haut potentiel ?

L’application fonctionne même sans le bracelet et est accessible à tous grâce à la gratuité que nous voulions entière pour toutes les victimes. Les femmes qui utilisent le bracelet sont, par exemple, dans des cas de séparation avec leur conjoint et peuvent le porter à leur poignet sans craindre de représailles.

Mais le plus de ce produit, c’est que le bracelet et l’appli ne sont pas uniquement des outils pour les femmes et filles qui subissent des violences quotidiennes. C’est un outil pour faire face à la violence générale que l’on peut trouver aussi bien dans la rue, en sortant de bar, qu’au travail, par exemple. L’application pourrait presque être installée par défaut sur les téléphones mobiles, non seulement pour les victimes, mais aussi pour les témoins ou les proches qui ne savent pas toujours comment intervenir. C’est une vraie solution globale. Notre but, en tout cas, ce n’est pas que la violence devienne un marché mais bien que les outils restent entièrement gratuits. Nos clients sont principalement les régions et les collectivités qui achètent nos bracelets pour ensuite les redistribuer gratuitement. Aucune victime de violence ne doit jamais être amenée à payer pour se sortir de là !

Vous êtes allée au CES 2019 de Las Vegas et vous avez reçu la récompense « Innovation Award » dans la catégorie « Tech For a Better World ». Business France vous a choisie pour représenter la tech française là-bas. Et maintenant ?

Diariata N’Diaye

Nous sommes déjà présents dans 10 pays, avec les mêmes fonctionnalités. Ce prix, nous l’avons surtout remporté parce que toutes les alertes envoyées via notre application sont automatiquement enregistrées et peuvent donc servir de preuves ensuite, lors d’un procès.

Les problématiques que les femmes confrontées aux violences rencontrent sont malheureusement les mêmes partout dans le monde. Nous avons donc pour objectif d’être déployés dans tous les pays possibles. Nous voulons continuer à créer et améliorer le bracelet. La prochaine étape sur laquelle nous travaillons est le développement de l’application pour Iphone grâce à un prix Facebook remporté récemment. Jusqu’à présent, elle n’était disponible que sur Android. En juin, la version Iphone devrait donc voir le jour et à la rentrée de septembre, une campagne nationale de communication est prévue afin de faire connaître notre outil au plus grand nombre.

 

Par Bérengère Soyer

Crédit photos Association Resonantes

 

Vous pourriez aussi aimer cet article Inès Leonarduzzi réinvente le digital pour sauver la planète

2 commentaires

  1. Marie therese Lucas

    Le 01/05/2019

    j’ai decouvert lors de mon dernier voyage en Vendee, un article sur votre association « RESONANTES », ceci dit je suis dans une association
    de femmesEspagne, depuis de nombreuses annees.. Je suis tres interesée pour le bracelet ……pourriez vs me dire si ce bracelet se vend en Espagne. Je vs remercie a l’avance pour bien vouloir me repondre, sinon je vs demande la direccion de l’entreprise en France.

    Avecmes remerciements MAITE

  2. Bérengère

    Le 03/05/2019

    Bonjour Marie-Thérèse,
    vous pouvez contacter Diariata via son association Résonantes que vous trouverez facilement sur internet. Nous ne pouvons vous transmettre ses coordonnées dans la mesure où ne sommes qu’un relais à son travail. Merci pour votre visite sur le web magazine ! A très bientôt.

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.