Pourquoi j’ai créé une entreprise ? Qu’est ce que j’en ai retiré ?

creative-725811_1920

(Ceci est un ancien article de Talon Aiguille et Matière Grise)

*Mise à jour du 18/01/2017

Jusqu’à présent, je ne me suis pas énormément dévoilée. Non pas que je ne veux pas mais je ne savais pas encore trop par quel bout débuter. Après une petite période de pause ces dernières semaines, j’ai envie de reprendre de plus belle mes articles. J’ai envie de rentrer un peu plus dans le détail, à savoir l’entrepreneuriat et comment on en (j’en suis) arrive(é) là.

Juin 2012…

Pour ma part, c’est à la suite de mes trois années d’étude dans la communication que j’ai décidé de me lancer. À cette époque, j’en avais marre de la vie étudiante et des cours de fac un peu (trop) théoriques à mon goût. J’ai alors décidé de stopper mes études après mon bac+3 (au grand dam de mes parents). En octobre suivant je débutais mes formations en création d’entreprise. Ces formations ont durées deux mois. J’ai bossé quelques mois pour mettre de l’argent de côté et en juin 2013 je lançais une entreprise de conciergerie.

De conciergerie ?????? (vous ouvrez de grands yeux). Pendant plus de trois ans en effet j’ai eu à expliquer en quoi consistait une entreprise de conciergerie:-). Pour faire simple je vendais du temps aux entreprises/salariés qui n’en ont pas (j’y reviendrai dans un autre article) *(vous pouvez retrouver l’article ici).

logo-conciergerie-sans-nom

Pourquoi ai-je décidé de me lancer comme ça (un peu) du jour au lendemain dans la création d’une entreprise ? J’avais eu l’occasion quelques mois avant la fin de me études de faire un stage chez une jeune femme. Elle-même avait lancé son business quelques années auparavant lorsqu’elle avait le même âge que moi à l’époque (22 ans). C’est donc comme cela que l’idée a germée. Comme je l’ai dit précédemment j’arrivais en fin de premier cycle d’études et j’avais envie de changement. La vie étudiante et tout ce qui va avec commençait à m’ennuyer, j’avais envie de découvrir le monde du travail et surtout du challenge. J’ai commencé à me renseigner sur les services innovants qui avaient de l’avenir chez nous et BIM!!! je me suis inscrite à une première formation création d’entreprise. Là bas l’idée n’était pas alors totalement concrète. Il fallait qu’elle fasse encore un peu son chemin.

En formation j’ai rencontré pas mal de personnes qui étaient dans la même optique que moi, dont un en particulier. Lui avait déjà bien bossé son projet, il connaissait son sujet sur le bout des doigts et il savait très bien où il allait. (Plus d’une fois d’ailleurs il m’a un peu agacé à être aussi motivé pour une entreprise qui n’existait même pas encore !!) Mais bref. La seconde formation est arrivée en décembre. Moins de personnes étaient présentes, un premier tri avait déjà été naturellement fait. Entre ceux qui en voulaient,et ceux qui avaient déjà abandonnés. Pour ma part, j’avais toujours ce camarade à mes côtés avec qui j’avais bien sympathisé et qui me poussait à continuer.

Janvier 2013…

Début janvier 2013, les formations se sont terminées. Il ne restait plus qu’à boucler nos projets et ouvrir nos affaires. D’autres encore avaient abandonnés. Moi j’étais toujours là, accompagnée de mon acolyte et d’un petit nouveau qui s’était accroché lui aussi. Nous avons fini par sympathiser de plus en plus, nous serrer les coudes et nous avons décidé de louer ensemble des locaux pour développer nos entreprises. En juin 2013 ouvraient alors nos entreprises respectives et nous organisions notre inauguration commune…

inau
Article Ouest France Septembre 2013

Janvier 2016…

À l’heure où j’écris cet article, il ne reste, de ma propre entreprise, plus grand chose. Des souvenirs, un grand apprentissage, du travail, des enrichissements, des remises en question, des rencontres, de la maturité, de la vie et surtout beaucoup d’humilité. En effet, à ce jour, cela fait maintenant presque une année que j’ai pris la décision de mettre fin à mon entreprise. Cette décision fut une des premières grandes décisions de ma vie. Ce n’est pas simple de refermer une telle page. Il faut savoir prendre du recul, beaucoup de recul !! Il faut avoir la maturité de s’avouer vaincu, et il faut avoir l’humilité de se demander où on a merdé. Si j’ai écris cet article c’est aussi pour me forcer à mettre en mot ce qu’on ressent lorsque l’on décide de créer une entreprise de A à Z. Puis de se donner à 10 000% pour qu’elle grandisse et fonctionne (avec toutes les embuches matérielles, humaines et physiques que cela implique). Pour enfin, prendre la décision d’arrêter la bataille. Non pas, car on n’a pas tout donné et que l’on est fatigué, mais parce que cela ne sert à rien de foncer aveuglément sans prendre conscience qu’il faut savoir dire stop au bout d’un moment.

Aujourd’hui, il reste également une autre belle entreprise qui fonctionne, qui grandit et qui se développe. Celle de mon fameux acolyte, qui est devenu mon compagnon et qui va devenir mon mari d’ici quelques mois *(qui est devenu mon mari depuis). Grâce à une rencontre et deux personnes qui ont nourri la même passion pour le dépassement de soi, la même idée du travail acharné, le même but d’arriver au bout de ses objectifs, le même soutien et le même travail d’équipe quand les moments sont plus durs, cette seconde entreprise fonctionne. Et qui plus est, notre équipe fonctionne. Avec toujours plus de nouveaux projets à court et moyen terme.

*(Janvier 2017…

Voilà que nous sommes devenus mari et femme en décembre dernier. Nous continuons d’avancer ensemble et, je travaille désormais totalement et à 100% avec lui et pour lui au développement de cette entreprise qui, elle, a résisté aux aléas de l’entrepreneuriat (je reviendrai sur les difficultés rencontrées au cours de nouveaux articles). En plus, de cela, je prends enfin le temps de développer ce blog qui me tient à cœur pour en faire quelque chose de professionnel. Ce n’est plus Talon Aiguille et Matière Grise que je développais à l’époque, mais Entrepreneuze. Enfin, l’idée d’aboutir sur une création d’association me trotte de plus en plus dans la tête pour accompagner et aider les jeunes femmes à se lancer et à oser. )

Voilà ce que je retire aujourd’hui de la création d’une entreprise. Voilà les enseignements que j’en ai appris. On se lance tous dans des projets sans trop savoir où l’on va mais en étant sûr d’une chose, c’est ce que l’on veut à tout prix. Le résultat n’est pas celui escompté ? Peu importe, on se donnant à 10 000%, le résultat est toujours là. Qu’est ce que je fais des échecs ? Il n’ y a pas d’échec dans la mesure où tout ce que j’en ai retiré, ne m’apporte que du positif aujourd’hui.

Et vous, quand est-ce que vous prenez la route de l’entrepreneuriat ??

rural-863355_1920

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s